L’atelier imaginaire

IMG_1974

Parvenir à réunir à Lourdes, dans les Hautes-Pyrénées, 40 jeunes venus de toute la France ayant en commun le désir d’apprendre, l’attrait pour la littérature et l’envie de créer des liens : tel est le pari osé en 1988 par Guy Rouquet, fondateur de l’Atelier Imaginaire et instigateur des Journées Magiques.

L’Atelier Imaginaire, c’est l’histoire d’un professeur épris de culture qui, il y a plus de trente ans, a voulu promouvoir la littérature dans sa région, la Bigorre, en organisant un prix littéraire ainsi que des rencontres d’auteurs et d’artistes. Voilà comment Guy Rouquet a rencontré le poète et homme de télévision Max-Paul Fouchet, comment il a créé le Prix Prométhée de la nouvelle ainsi que le Prix de poésie Max-Paul Fouchet, et comment l’Atelier Imaginaire est né, avant de s’étoffer d’année en année.

Depuis 1988, cette association invite chaque année les jeunes lauréats du Concours Général des Lycées à se rencontrer, le temps d’une semaine, dans le cadre des Journées Magiques. Au programme des cinq jours de la manifestation, on trouve concerts, pièces de théâtre, lectures-spectacles et autres récitals, mais aussi des conférences et des débats en présence d’écrivains et d’éditeurs, sur des thèmes allant de la nouvelle à la poésie. Ces évènements se répartissaient entre le Palais des Congrès de Lourdes, le Théâtre de Tarbes et l’hôtel Alba, « centre névralgique » des Journées Magiques puisqu’il a été le témoin du ballet incessant des écrivains, musiciens, comédiens, poètes… et adolescents, qu’il hébergeait !

Les intervenants se faisaient remarquer par leur disponibilité et le plaisir qu’ils prenaient à échanger sur leur métier mais aussi sur les œuvres qu’ils venaient de présenter. Si l’on interrogeait les artistes présents sur leur pays d’origine, on se verrait répondre « le Paraguay », « la Turquie », « le Maroc », « la Belgique », « l’Argentine », « le Luxembourg » : l’occasion de se familiariser avec des cultures variées, et de (re)découvrir notre langue d’un point de vue objectif, le français étant, pour beaucoup, une « langue apprivoisée ».

Mais la véritable réussite des Journées Magiques réside surtout dans les liens créés par les jeunes, venus, eux aussi, de tous horizons. La bonne humeur faisant partie de la manifestation, les discussions passionnées et les échanges se sont succédés, au-delà même des espérances de l’Atelier Imaginaire puisqu’un véritable réseau s’est constitué entre les participants, en conduisant certains à prolonger l’aventure à Paris la semaine suivante…

De par la richesse et la qualité des spectacles proposés, la diversité des acteurs présents et les amitiés qu’elles créent, les Journées Magiques de l’Atelier Imaginaire portent bien leur nom !

Hugo THOMAS, pour le Petit Lycéon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s