Interview exclusive de M. Barberio !

Vous avez voté et les résultats sont tombés ! M.Barberio a été le gagnant du précédent duel et s’est pris au jeu des interviews !

•••

Bonjour, pourriez-vous vous présenter, pour ceux qui ne vous connaîtraient pas ?

Je suis prof de sciences de l’ingénieur dans ce lycée. Je suis arrivé en 1999, en janvier, pour remplacer un collègue qui prenait les fonctions de proviseur adjoint. Ça fait maintenant seize ans.

Depuis combien de temps êtes-vous professeur ?

Je suis rentré dans l’enseignement au début des années 90, et c’est ma vingt-quatrième année scolaire. Ça commence à faire du temps, n’est-ce pas ?

Où étiez-vous avant d’arriver à Tonnerre ?

J’étais à Fourier [lycée Joseph Fourier à Auxerre, NDLR]. J’étais très triste parce que je n’avais pas d’élève. J’étais ce qu’on appelle « titulaire de la zone de remplacement », c’est à dire qu’on m’avait mis là en attente de pouvoir avoir un poste. C’est pour ça que j’étais très content quand on m’a appelé pour venir à Tonnerre. Et avant Auxerre, j’ai commencé à enseigner au lycée Raymond Janot à Sens.

Pourriez-vous nous expliquer votre parcours ?

J’ai commencé par faire un DUT Génie électrique et informatique industrielle. J’ai ensuite intégré un cycle préparatoire au CAPET pour faire une équivalence licence-maîtrise et pour avoir un examen de professeur titulaire. Et c’est pour ça que je suis devant vous maintenant !

Quand et comment vous est venue l’envie d’être professeur de SI ?

Pour ce qui concerne les sciences de l’ingénieur, très vite et très jeune, grâce à mon frère qui est également prof de génie électrique. J’ai très vite voulu faire comme lui. Depuis que je suis petit, je suis attiré par tout ce qui nous entoure, par la découverte des sciences et de la technologie.

Quant à l’envie d’être professeur, je suis issu d’une famille nombreuse où ma sœur est institutrice, mon frère est, comme je l’ai dit précédemment prof, ma belle sœur était prof, donc c’était presque naturel pour moi que d’être prof.

Si vous n’aviez pas été professeur de SI, qu’auriez-vous fait ?

Ah, bonne question ! Les gens qui me connaissent bien me prêtent des talents de commercial et de fin négociateur, donc peut-être que je me serais dirigé dans cette voie. Ou alors, tout autre chose, j’aurais aimé être acteur ou comédien. Je fais du théâtre depuis de nombreuses années, même si là c’est un peu en stand-by, et c’est un métier qui m’aurait bien plu. Gagner sa vie tout en s’amusant, c’est quand même quelque chose d’exceptionnel !

M.Maugey vous a posé une question un peu particulière : « Qu’est-ce que ça fait d’être prof de techno dans un lycée général ? Est-ce que vous le vivez bien ? »

Alors, M.Maugey a beaucoup d’humour, tout le monde le sait ! Ça fait neuf ans que j’essaie de lui expliquer la différence entre la technologie et les sciences de l’ingénieur ! J’espère qu’il ne mettra pas neuf nouvelles années à me comprendre ! … En même temps il est prof d’Histoire… ! (rires)

Un élève a voulu vous demander, sans doute avec humour, d’où vous vient cette espèce de haine des SVT ?

Ce n’est absolument pas une haine ! C’est plutôt un jeu pour attirer nos élèves en SI et pour qu’ils y restent, tout simplement, il n’y a aucune haine bien au contraire ! On ne fera jamais de lobbying pour la SI quand un élève a un projet de vie professionnel dans le domaine médical, par exemple.

Quels sont, selon vous, les meilleures et pires moments de votre carrière ?

Les meilleurs moments sont ceux que je vis au quotidien, parce qu’on fait quand même un métier sympathique. C’est également, par exemple, quand des élèves obtiennent leur diplôme et qu’ils viennent tout simplement nous remercier. Ça fait beaucoup de bien et c’est pour ça qu’on se lève tous les matins. C’est très touchant.

Le pire moment, j’espère que je n’aurais jamais à le vivre. Je ne l’ai encore jamais vécu. Pire moment, non, mais beaucoup de tristesse, à la fin de l’année quand je dois quitter mes élèves, lorsqu’on doit se dire au revoir. Des liens se sont créés et c’est toujours un moment très difficile que j’ai du mal à gérer…

Quels sont vos passe-temps ?

Je fais du sport. Je pratique la course à pied, de manière très régulière, trois fois par semaine pour me préparer au semi-marathon. Je suis passionné par la vitesse, que ce soit au volant d’une voiture -dans un circuit bien sûr!- ou bien sur des skis ou tout autre chose, j’adore ça. J’ai une culture sportive générale, j’aime aussi regarder et je me passionne pour tous les sports.

Pour la musique, c’est très hétéroclite. J’écoute vraiment de tout et surtout des musiques « tendances » et contemporaines. Les élèves sont parfois surpris par le fait que je puisse connaître des groupes d’actualité. Ça les amuse beaucoup et moi aussi !

Autre passion : le bricolage. Je suis à peu prêt capable de faire tous les travaux de second œuvre d’une construction

Quel genre de lycéen étiez-vous ?

Je dois réellement répondre à cette question ? Comment dire… ? J’étais un lycéen tout à fait modèle, très sérieux, très travailleur… Non, non, j’étais un élève convenable. Je me cherchais un petit peu lors de la crise d’adolescence. La scolarité n’était pas forcément ma priorité et j’ai eu un déclic quand j’ai redoublé ma terminale. Là, tout s’est enchaîné et j’ai trouvé ma voie.

Que voudriez-vous dire aux élèves qui ont voté pour vous ?

Déjà, je les en remercie parce qu’apparemment ça a été très serré. Je trouve quoi qu’il en soit l’idée et l’initiative de ce petit journal très sympa et très rafraîchissante, comme a pu le dire M.Maugey. Il faut perdurer.

Et à Mme Dechanet qui a perdu le duel ?

Je voudrais lui dire que j’espère que ce sera elle qui sera interviewé la prochaine fois, parce qu’on aimerait également la connaître, n’est-ce pas ?

On connaît tous un peu votre fierté pour votre matière (M.Barberio : Décidément, vous insistez!). Quelles sont vos méthodes pour convaincre les élèves de faire de la science de l’ingénieur ?

J’essaie d’être moi-même ! J’adore ma matière et je pense que les élèves le ressentent. Je pense que c’est tout naturellement que des liens se créent, qu’ils veulent essayer de poursuivre, de la découvrir.

C’est votre tour de choisir deux de vos collègues pour la prochaine fois.

Et bien Mme Dechanet, parce que j’espère qu’on va enfin réussir à la découvrir. Je suis vraiment désolé pour ces deux voix d’écart ! Et mon collègue M.Nourry. J’aimerais lui poser une question très simple : d’où lui vient cette obsession du rangement ?

Quelle est votre question pour Mme Dechanet ?

Et bien pourquoi effectivement elle parle beaucoup ? Elle est sans arrêt en train de parler ! Est-ce que cela cache quelque chose ? Si c’est le cas, j’aimerais bien le savoir ….

Merci beaucoup, je vous laisse le mot de la fin !

Écoutez, c’est moi qui vous remercie, ce fut un moment très agréable. L’idée de votre journal est vraiment excellente et j’espère qu’il perdurera très longtemps ! Merci !

•••

N’hésitez pas à commenter cette interview dans la section commentaire ou par mail ! N’oubliez pas de voter et de suggérez vos questions pour la prochaine interview qui se fera à la rentrée !

Publicités

Les Secondes se font critiques de cinéma

Dans le cadre d’un atelier d’AP avec Mme Bruley au CDI, les Secondes se sont prêtés au jeu des critiques cinématographiques. Voici un « petit florilège » de leurs travaux !

Divergente

Divergente est un film de science-fiction, d’action mais également de romance ; réalisé par Neil Burger. Il est sorti le 9 avril 2014 en France.

La société est divisée en cinq groupes : les Audacieux, les Altruistes, les Erudits, les Sincères et les Fraternels, afin de trouver la paix. A l’âge de 16 ans, les adolescents doivent choisir la faction qu’ils veulent rejoindre suite à des test réalisés. Le héros de l’histoire, Tris, rencontre un problème, elle est reconnue en tant que Divergente. Les Divergents sont traqués par le gouvernement car ils sont considérés comme dangereux, ce sont des individus rares n’appartenant à aucun clan. Pour cacher son secret elle se rend dans le camp des Audacieux où les entraînements sont basés sur la maîtrise des peurs les plus intimes.

Ma critique :

L’histoire est passionnante et originale. Les acteurs interprètent très bien les émotions du film et le choix des acteurs est très bien. Lorsque l’on suit le parcours de Tris, le personnage principal, on se rend compte que les Audacieux sont impressionnants. Les entraînements, les sauts, les combats nous montrent à quel point cela peut être dur. Tout est intéressant, on s’imagine vraiment dans la peau des personnages et on ressent leurs émotions les plus fortes. C’est un très bon film que je recommande.

Émilie

Fast and furious 7

(film américain réalisé par James Wan. Sortie le 1er avril 2015)

Description :

C’est l’histoire d’une bande d’amis qui se considèrent comme une famille. Ils sont recherchés depuis leur enfance pour des délits mineurs mais en grandissant, ils sont aussi recherchés pour des gros délits (le vol de 100 millions de dollars dans l’épisode 5). Dans l’épisode 7,ils sont recherchés par le grand frère de « Shaw » qu’ils ont mis en prison dans le film précédent.

Critique du film :

Pour ce dernier opus, Fast and Furious 7, tous les traits de caractères de la série sont mis à l’honneur, c’est un film d’action comme il n’en existe peu. Il y a plus de voitures, de belles voitures. Mais ce qui fait de cette série une série spéciale est l’esprit de famille dans lequel on peut s’identifier très facilement à travers Brian, Dom ou encore Roman Pearce. Malheureusement en cour de tournage Paul Walker qui incarne Brian O’connor meurt. Ce qui donne lieu à un hommage magnifique à la fin du film ce qui fait pour moi de ce film le nouveau film incontournable !

Guillaume

La famille Bélier

Synopsis :

« La famille Bélier » est une comédie d’Eric Lartigau de 2015. Elle met en scène Paula Bélier, une lycéenne issue d’une famille d’agriculteurs, sourde et muette. Elle se découvre un don pour le chant, grâce à son professeur de musique qui la pousse à passer le concours de la maîtrise de radio-France. A travers les chansons de Michel Sardou, on retrouve les problèmes de la vie d’adolescent, les amours et les parents qui s’opposent à la vocation de Paula.

Ma critique :

Même si le jeu des acteurs ressort très bien, le langage des adolescents est caricaturé, ce qui sonne faux. Au niveau des décors, la majeure partie des scènes est tournée en plein air, dans la campagne, ce qui enrichit la vraisemblance.

Si le film prétend toucher en rendant hommage aux sourds, je trouve plutôt qu’il en renvoie une mauvaise image, tout comme les agriculteurs. On retrouve le stéréotype de papa et maman fermier qui veulent que leur fille fasse du fromage toute sa vie. L’histoire est en fait une fille promise à l’agriculture qui va tenter de changer son destin en chansons. Mais cela n’empêche pas le film d’être une comédie légère, drôle, touchante par certains points, l’amour des parents, et Paula qui prend son envol. Épatant, émouvant, en chantant, mon avis reste mitigé.

La Famille Bélier

Film d’Éric Lartigau sortie en France le 7 Novembre 2014.

Résumé: C’est l’histoire d’une famille, le père, la mère et le fils ne parlent pas (ils sont muets), il n’y a que Paula la fille qui parle. Son rêve est d’être chanteuse. C’est en France dans un petit village, ils sont fermiers. Paula décide de se préparer au concours de Radio France.

Critique: La Famille Bélier est un film d’Eric Lartigau. Ce film raconte l’histoire des Bélier, une famille d’agriculteurs sourds, à l’exception de Paula, la fille qui rêve d’être chanteuse. Elle est très vite repérée par son professeur de musique qui la persuade de s’inscrire au concours de Radio France. Mais elle doit faire face a un dilemme : doit-elle abandonner sa famille pour suivre sa voie? Ou doit-elle plutôt rester auprès de sa famille et suivre sa voie toute tracée d’être auxiliaire de ferme? J’ai trouvé ce film pleins d’émotions, il m’a captivée avec l’énergie des acteurs. Les acteurs prennent du plaisir à jouer et ça se voit. Ils arrivent à nous faire rire même si le sujet de l’histoire n’était pas très appropriée pour cela. On est surtout très touché par ce film.

Carla

Le Jour d’après

Le réalisateur du film est Roland Emmerich le film est sorti en France en 2004

Résumé :

Un climatologue part en Arctique pour surveiller les changements de température pendant que son fils étudie à New York. Par la suite le climatologue découvre que des changements climatiques vont arriver dans le monde, des tempêtes, des cyclones, suivie de séismes, de grêle. Ces changements de temps vont s’abattre sur toute la planète ; une grande couche de froid va recouvrir l’Amérique. Le problème va être d’essayer de rendre la situation meilleure et d’arrêter tous ces changements climatiques.

Critique du film :

Le jour d’après est un film assez réaliste du futur que nous pourrions avoir. Les personnages et les héros jouent vraiment bien car on se sent présent dans la film, la musique emporte le public elle est impressionnante. Il y a beaucoup de suspens ; les scènes se passent à différents endroits, elles ne sont pas centrées sur quelque chose de précis. Il y a un contraste entre les héros et ce qui se passe avec la population. L’histoire est prenante, c’est un film que je recommande.

Kassandra

Le Labyrinthe

De Wes Ball, 2014

Tous les mois, un jeune d’environ 18 ans est envoyé dans un bloc, au centre d’un labyrinthe. Les jeunes essayent tant bien que mal de s’échapper de ce labyrinthe; or les murs de celui-ci changent de place toutes les nuits.

Ce film est une adaptation d’un livre, il est composé d’une trilogie comme Hunger Games et c’est un film pour ados. Le scénario s’avère très original et surprenant avec un certain mystère qu’on ne peut percer. Une intrigue solide, donc. Il y a également, une tension dramatique qui est présente et la mise en scène du réalisateur Wes Ball est nerveuse, parfois spectaculaire. Puis, la direction artistique est impressionnante. Son suspense est mené en crescendo avec ses quelques séquences d’action assez réalistes mais bien orchestrées. Dès les premières secondes, le spectateur est jeté dans l’action. Pourtant, le jeu des acteurs est inégal, on aurait préféré des protagonistes plus charismatiques… Cela n’a aucune importance parce que le scénario tient le spectateur jusqu’au bout de cette production. Cependant, le long-métrage se termine avec plus de questions que de réponses, ce qui est assez embêtant.

Chloé

Matrix

C’est l’histoire d’un jeune homme appelé Néo qui rencontre Morphéus et Trinity qui lui disent qu’il est l’élu. Les êtres humains vivent dans un monde factice ; lui seul a le pouvoir de détruire les règles de ce monde et de sauver les humains de la domination des machines.

Matrix est un film de science-fiction incroyable qui donne envie aux spectateurs d’en voir et savoir plus. Les effets spéciaux sont assez bien fait pour l’époque (le film est de 1999). L’intrigue est assez prenante et originale. L’un des seuls mauvais points est que le film devient vite compliqué pour les jeunes téléspectateurs. Malgré tout ce film reste un pur chef d’œuvre qu’il faut absolument regarder !

Nicolas

PARANORMAL ACTIVITY ( THE MARRKED ONE)

Film de Christopher London sorti le 1 janvier 2014

Ceci est un film d’horreur, même un chef d’œuvre de l’horreur racontant l’histoire de 3 adolescents dont Jessy, qui au fil du temps va provoquer la mort de ses amis. L’atmosphère prenante de ce film terrifiant va nous plonger dans le film.

Ma critique : Ce film est un classique de l’horreur qui reste bien si vous aimez les films d’horreurs. Dans ce film, le jeu des acteurs est bien souvent mal joué même si cela reste tout de même correct.

Le créateur du film a tout imaginé : ce qui fait que l’histoire démarre timidement. Peu de temps après le film, des actions angoissantes apparaissent mais le reste est tout de même prévisible. Plus on avance dans le film, plus l’atmosphère est oppressante et angoissante malgré le rythme qui va crescendo, brusquant les spectateurs . Je trouve que la tension de ce film est une des meilleures de la saga car on est directement plongé dans le film et l’histoire.

Malgré cela, il faudra attendre le film n°5 afin de voir s’il y a un renouvellement de la saga permettant soit une suite, soit une nouvelle histoire qui, je l’espère, va être encore plus angoissante que les autres.

Esteban

Neuilly sa mère

Neuilly sa mère est un film de Gabriel Julien Laferrière. Samy Benboudaoud est un jeune arabe de cité, il se voit contraint de déménager à Neuilly chez sa tante car sa mère part travailler sur un bateau. Il est confié à sa tante Djamila qu’il rencontre pour la première fois et à son mari, il rencontre son fabuleux cousin pleins de préjugés racistes, de plus il est obsédé par l’idée de devenir un jour président de la république. Dans son nouveau collège de saint Exupery il tombe amoureux de Marie…

Neuilly sa mère est un film de comédie française de 2009. J’ai trouvé ce film à la fois drôle et sérieux. J’ai aimé que ce film dénonce des phénomènes de société, ainsi que le mépris que subissent les jeunes de cité dans la haute société. Le jeu des personnages était vraiment très bien, j’ai beaucoup aimé celui de Samy, personnage principal de cette comédie. Il était très attachant et compatissant. Les décors étaient anodins et quotidien, ce qui m’a permis de plus m’identifier aux personnages ainsi qu’a leur mode de vies.

Gwendoline

Robin des bois, la véritable histoire

Robin des bois, la véritable histoire est un film d’Anthony Marciano sorti en 2015. Cette histoire se déroule dans le Moyen-âge. C’est un anachronisme car ils utilisent du vocabulaire actuel. Cela nous permet de plus s’immerger dans l’histoire. Les acteurs jouent très bien et l’histoire est intéressante. Les lieux et les décors illustrent bien le Moyen-âge. C’est une histoire assez paradoxale car l’homme se prend pour Robin des bois alors qu’il vole les pauvres. Cela m’a beaucoup plu car ça change des autres films.

Ketsia

Intouchable

par Olivier Nakache et Éric Toledano,

L’histoire se passe en 2012. C’est un homme Driss venant d’une cité parisienne, il vient suite à une offre d’emploi pour les ASSEDIC : il doit s’occuper d’un handicapé : un homme tétraplégique, très riche et très cultivé. Driss s’attache de plus en plus à son patron, et est aussi attiré par sa secrétaire

Le héros est Driss est un personnage très attachant

Les personnages sont de milieux très contradictoires : d’un coté les riches de l’autre les pauvres ; cela crée un contraste social intéressant. C’est pourquoi j’ai aimé ce film, de plus j’ai apprécié l’humour du film.

Jean

MENTALIST


Réalisateur : Bruno Heller


C’est l’histoire d’une équipe policière, le CBI (bureau Californien d’investigation), à la recherche d’un tueur en série. La série se déroule aux États-Unis.
Patrick Jane, consultant au CBI, prend très à cœur cette enquête qui pourrait faire démasquer le tueur de sa femme et de sa fille.

J’apprécie beaucoup le personnage principal de cette série car il fait preuve de beaucoup de réflexion, il est drôle et astucieux. Les personnages sont très efficaces et gèrent bien leur travail. L’histoire est accrochante grâce à l’intrigue présente dans chacun des épisodes. Nous avons l’occasion de voir des paysages californiens. Les acteurs jouent très bien leur rôle, plus particulièrement Patrick Jane et Kimball Cho. Le jeu des lumières est intéressant grâce au contraste entre la clarté et l’obscurité. Les dialogues sont bien construits, et les musiques sont toujours adaptées aux situations.

Yasmina

Lucy

Lucy est réalisé par Luc Besson.

Ce film est l’histoire d’une jeune fille qui s’est fait enlevée par un gang de dealers. Ils lui ont placé un sachet de drogue dans le corps mais celui-ci se perce. Cette drogue entraîne des effets inhumains sur Lucy, la capacité de son cerveau se développe petit à petit.

D’après quelques critiques que j’ai vues, je m’aperçois que ce film n’est pas beaucoup aimé. De mon point de vue personnel j’ai adoré ce film, il y a de très bons effets spéciaux. Scarlett Johansson joue très bien son rôle. Depuis ce film, je me pose beaucoup de questions sur les capacités de notre cerveau. Même si la fin est un peu exagérée. En général, je n’aime pas beaucoup les films de science fiction mais j’ai été absorbée par le film Lucy. Le fait de voir toutes les capacités du cerveau est intéressant même si cela n’est pas réel.

Anaëlle

LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMEES

Réalisé par Peter Jackson .

Résumé : Il s’agit de l’histoire de Bilbo, un hobbit qui a trouvé un anneau très précieux. Grâce à cet anneau, Sauron, le méchant, peut prendre un pouvoir immense et contrôler la Terre du Milieu. Pour cela, il envoie les Orques, des créatures brutales, inhumaines et immondes pour récupérer cet anneau. Bilbo, ayant voyagé à travers le pays, réunit les nains et les elfes, et, entouré de ses amis, combat les Orques pour éviter que le mal règne sur la contrée. Mais il réveille le dragon, qu’il faut abattre pour éviter son courroux.

Critique

Le dernier volet de la trilogie est souligné par une épique bataille dont les sublimes effets spéciaux sont très représentatifs de la qualité du film.

De plus, j’aime beaucoup les décors et paysages, bien que les couleurs soient plutôt sombres.

De surplus, la musique est très jolie et agréable à l’écoute et non envahissante.

Hugo

Critique de Hunger Games

La saga des Hunger Games, tant les films que les livres, est toujours pleine de suspense, de révélations, d’action et d’amour, ce qui la rend vraiment spéciale et extraordinaire. Le tout traitant d’un futur noir, parfaitement réalisable, où règnent l’oppression et la tyrannie. On y retrouve d’ailleurs les thèmes suivants : les pauvres sous l’influence des riches, la famine, et les différences sociales.

La magnifique et extrêmement talentueuse Jennifer Lawrence (qui joue Katniss) apporte dans ce monde désolé, une lueur de chaleur et d’espoir.

Les livres sont des best-sellers, les films ont reçu les prix de « meilleur film », « meilleur baiser », « meilleur casting » et « révélation de l’année ». Pour moi, tous ces prix sont plus que justifiés et cette saga restera une des meilleures que j’ai lue et vue.

Chloé

AVATAR

Avatar est un film de science-fiction sorti en 2009 tourné par James Cameron.

Dans un futur proche, un homme handicapé, teste une machine où il peut contrôler son avatar qui lui donne l’impression de pouvoir courir. Son avatar se retrouve dans une partie du monde que les hommes n’ont pas encore explorée, cet avatar a été envoyé là-bas pour infiltrer cette espèce et pouvoir explorer cette partie nouvelle planète. Le héros tombe amoureux d’une fille de là-bas. Or les hommes veulent conquérir cette planète et ses ressources naturelles. Le héros vit un dilemme : il doit faire un choix.

Le héro est bien choisi, il entre bien dans la peau de l’avatar.

Les personnages sont réels. L’histoire est bien construite. Les lieux paraissent réels. Les images sont claires, les graphismes et les jeux de lumière sont bien fait. Pour ce qui est de la musique elle est un peu redondante. Pour moi ce film est bien : il est bien au niveau du réalisme, du détails des décors, ça nous donne l’impression que cette histoire est vraie, alors que c’est juste du fantastique.

Anthony

Vous pouvez leur faire part de vos remarques dans les commentaires !

Vous avez voté !

Malgré les efforts de certains, c’est M. Barberio qui a été désigné pour la prochaine interview, mais à 2 voix près !

Ce sondage est donc fermé, retrouvez bientôt l’interview de M.Barberio sur le blog, et n’hésitez pas à vous abonner et commenter les articles.

Interview exclusive de M. Maugey !

Dans son interview au mois de novembre, Mme Bachet avait suggéré quelques uns de ses collègues pour passer prochainement sur la chaise des interviewés. Voici donc, en exclusivité pour le Petit Lycéon, le résultat de cet entretien avec M. Maugey !

.

M.Maugey, bonjour !

Bonjour.

Je pense que beaucoup de personnes ici savent qui vous êtes. Pourriez-vous quand même vous présenter brièvement pour tous ceux qui débarqueraient ?

Je suis professeur d’Histoire-Géographie depuis neuf ans au lycée Chevalier d’Éon, une longue expérience qui m’a permis de professer dans tous les niveaux de Seconde, de Première et de Terminale. Donc oui, il y a beaucoup d’élèves qui me connaissent, grâce à l’AP aussi. Ou peut-être « à cause »…

Depuis combien de temps êtes-vous prof ? Avant d’arriver à Tonnerre, où avez-vous enseigné ?

Depuis treize ans maintenant. J’ai enseigné au collège de Chablis pendant un an et j’ai fait deux ans dans les Ardennes, à Sedan… Grand lieu historique !

Pouvez-vous nous expliquer votre parcours : par quelle filière, quelles études êtes vous passé ?

C’est plutôt classique, en fait. J’ai fait un bac ES avec une faculté et une maîtrise en Histoire, puis après le Capes pour devenir enseignant. Donc sans surprise, très classique.

Quand et comment vous est venu l’envie d’être professeur d’Histoire ?

Très tôt. Dès le collège je pense que j’ai aimé à la fois l’enseignement, le fait de communiquer avec les autres et l’Histoire parce que je crois que ma famille s’est plutôt plongée dans l’Histoire locale, et ça m’a donné effectivement l’envie d’enseigner.

Et si vous n’aviez pas été prof d’Histoire, qu’auriez-vous fait ?

Oh, plein de choses je crois ! J’ai d’ailleurs encore envie de faire plein de choses. Je pense que j’aurais adoré être avocat, j’aurais adoré être juge. J’aurais adoré être aventurier, mais je crois que je n’ai pas le cran pour partir.

Dans l’interview précédente, Mme Bachet a souhaité que vous fassiez votre propre bilan sur votre carrière.

Ah j’en suis déjà à un moment de bilan après treize ans ! Bon, le bilan… Je suis plutôt très satisfait parce que je m’épanouis encore dans mon métier, j’ai encore envie de communiquer. La seule chose que je regrette c’est qu’aujourd’hui les élèves communiquent moins qu’ils ne communiquaient avant. Donc je m’énerve encore pour pouvoir faire bouger les choses.

Pouvez-vous déterminer quel a été le meilleur moment de votre carrière ?

J’espère que j’ai encore à le vivre !

Le pire ?

J’espère ne jamais le vivre ! Il n’y a pas eu de pire moment, mis à part quand j’étais remplaçant et qu’on m’envoyait devant des classes que je ne connaissais pas, un BTS de Géographie touristique-commerciale, dans les Ardennes, avec des gens qui étaient plus vieux que moi.

On va maintenant passer à des questions moins formelles/institutionnelles. Vous êtes prêt ?

Ben… oui, je n’ai pas le choix ! Je dis oui !

Si on vous proposait de remonter le temps, à quelle époque, quelle date iriez-vous ?

J’irais au XVIIe siècle qui est mon siècle favori, sous l’Ancien Régime. Je serais un notable d’une ville moyenne pour pouvoir connaître l’ascension sociale.

Bien, on a demandé à des élèves quelles questions ils aimeraient vous poser. Ils ont immédiatement répondu qu’ils voulaient savoir quel sport vous préférez et/ou pratiquez.

La natation. Deux fois par semaine ! Bah oui, ça explique ce corps merveilleux !

Parlons culture, maintenant : les élèves veulent connaître vos goûts en matière de musique et de cinéma !

C’est le grand drame de ma vie ! C’est à dire que je n’ai pas de goûts avérés en musique, je pense que c’est un énorme pan qui me manque de ma culture. Donc les élèves me font régulièrement, en Terminale, des Best-of de musique contemporaine pour compléter la musique classique que j’aime. Donc j’ai eu droit à des CD de Lady Gaga pendant un certain temps. J’ai vite arrêté parce que ma voiture n’en pouvait plus et moi non plus. Je suis plutôt hétéroclite sur les goûts musicaux.

Pour le cinéma, j’adore les grandes fresques historiques. Donc ça reste classique pour un prof d’Histoire. Je suis pas très science-fiction, bien que j’apprends de plus en plus à aimer ce genre.

Tous les élèves qui vous ont eu au moins une fois en classe vous connaissent ce côté blagueur. Quelles sont vos références en matière d’humour ? Vos humoristes phares ?

Ça reste des gens qui manient les mots. C’est Raymond Devos, c’est plus récemment Florence Foresti. Ce sont des gens, comme Gad Elmaleh, dont j’apprécie cet humour un peu décalé.

Nous sommes sûrs que vous avez toujours été quelqu’un de plutôt blagueur. Mais quel genre de lycéen étiez-vous ?

C’est plutôt… Pas très flatteur de le dire pour moi. Je n’étais pas très scolaire, j’aimais bien blaguer, et c’est ce qui m’a joué des tours. Donc je n’étais mauvais à l’école, mais je n’étais pas l’élève modèle, parce que je parlais beaucoup trop. J’étais sanctionné pour bavardages…

Quelle est la pire bêtise que vous ayez faite en tant que lycéen?

Non, je suis tellement sage ! J’ai jamais fait de bêtise. Tout au moins, je ne pourrais pas la raconter ici. S’il y en a une je ne m’en rappelle pas. C’est ça qui est l’avantage d’être « vieux ».

Avouez maintenant : quel est votre plus gros défaut ?

Mon plus gros défaut ? C’est de croire que j’en ai pas !

Suggérez-nous deux de vos collègues que nous pourrions interviewer par la suite.

Mme Dechanet et M. Barberio.

Quelle(s) question(s) voudriez-vous leur poser en particulier ?

A M. Barberio : ça fait quoi d’être professeur de techno dans un lycée général, est-ce qu’il le vit encore bien ? Et à Mme Dechanet : d’où vient le fait qu’elle parle tout le temps ? Qu’est-ce qu’elle veut combler, qu’est-ce qu’elle cache ?

Merci, je vous laisse le mot de la fin !

Je vous remercie pour cet interview, c’est un petit moment agréable. Bon, la question du bilan m’a fait du mal, ça m’a replongé dans cette vieillesse… Mais je soutiens complètement votre cause et je trouve ça sympathique et très frais de pouvoir connaître un peu mieux les collègues à travers cette interview.

.

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de cette interview. Dites-nous dans les commentaires qui de Mme Dechanet ou de M. Barberio devrait être le prochain prof interviewé et proposez vos questions !

Un film à voir… « Whiplash » !

Sabine, surveillante au lycée Chevalier d’Éon de Tonnerre, étant passionnée de cinéma et ayant fait des études dans l’un des métiers en lien avec la production de films, nous a contacté par l’intermédiaire du club cinéma qu’elle anime avec beaucoup de joie et de bonne humeur à l’internat du lycée. Nous l’avons rencontrée pour qu’elle nous parle du film à aller voir ces temps-ci au cinéma.

Le Petit Lycéon : Bonjour Sabine.

Sabine : Bonjour !

Le Petit Lycéon : Nous avons entendu que tu voulais nous parler d’un film sorti il y a quelques temps. De quel film veux-tu nous parler ?

Sabine : « Whiplash », cela signifie « coup de fouet ». Il est sorti en salle il y a environ un mois. C’est ce que l’on appelle un film à petit budget et indépendant (sans grande compagnie de cinéma pour le produire)

Le Petit Lycéon : Quel est le sujet de ce film ?

Sabine : Whiplash est un thriller musical ou un huis clos, avec la musique en « toile de fond ». Le script (l’histoire) est un duel passionné entre un chef d’orchestre de jazz et un musicien.

Le Petit Lycéon : Quels sont les acteurs principaux et quel est le réalisateur ?

Sabine : Le réalisateur est Damien Chazelle, c’est son deuxième film, et les acteurs principaux sont le jeune Miles Teller que l’on a pu voir dans Divergente et le grand J.K Simmons qui est aussi le coproducteur de ce film.

Le Petit Lycéon : Quel est l’atout de ce film ?

Sabine : Un duel magistral entre deux personnages qui ne lâchent jamais rien et l’intensité qui monte de plus en plus jusqu’à la scène finale, d’où la qualification de thriller.

Le Petit Lycéon : Quel est le point faible de ce film ?

Sabine : Quelques longueurs pour ceux qui n’apprécient pas le jazz MAIS c’est une prouesse technique musicale !

Le Petit Lycéon : Un dernier mot pour donner envie de voir ce film ?

Sabine : L’un des plus grands, voire le plus grand duel d’acteurs qui a remporté tous les premiers prix des festivals (sauf le Golden). Sans conteste la plus grande surprise cinématographique de l’année !

Le petit Lycéon : Merci beaucoup !

Sabine : De rien c’est toujours un plaisir de répondre à vos questions. 

Vous l’aurez compris, la sortie ciné de ce mois-ci est le film Whiplash !

Antonin GALLOIS pour Le Petit Lycéon

Les Charlie lycéens

MontageCharliePhotos de Margarida Pereira et Justine Gonon, dessin de Léo Fercoq

En ces trois derniers jours, la France a souffert. Nous avons connu des événements tragiques pour un pays tel que le nôtre, un pays libre et démocratique. Mon cœur va vers ces douze personnes décédées durant l’attentat à Charlie Hebdo d’ailleurs, vers leur famille, mais va aussi vers tout ceux qui, tous les jours, subissent la terreur des extrémistes. Quelle que soit votre opinion, n’oublions pas que nous devons être unis contre le terrorisme, pour notre liberté d’expression et de penser. 

C’est en gardant la foi et en croyant en notre pays que nous vaincrons, que nous réussirons, que nous gagnerons.Comme on dit, l’union fait la force. Alors restons solidaire et la France retrouvera ses couleurs et surtout ses valeurs.

#JeSuisCharlie

Justine Gonon

Charlie n'est pas mort
Charlie n’est pas mort
Dessins de Tristan Guilleminot

Malgré les attaques que Charlie Hebdo a subi ces derniers temps, le journal n’est pas mort, au contraire les djihadistes en voulant effondrer la liberté d’expression l’ont au contraire renforcée. Alors luttons pour sauvegarder ce droit qui est un des droits fondamentaux de notre République !

Ajoutez votre patte à cet article en envoyant vos œuvres sur l’adresse mail du journal ou réagissez dans la section « Commentaires ». Ne restez pas silencieux !

Le lycée est Charlie

IMG_20150108_202428

Parce que la liberté d’expression ne saura se taire sous le feu des mitraillettes, en hommage aux victimes de l’attentat du 7 janvier 2015 au journal Charlie Hebdo, le Petit Lycéon déclare :

# JE SUIS CHARLIE

Vous aussi, rejoignez le mouvement et réagissez dans les commentaires.

Avec des dessins, des photos, des écrits, montrons-leur que nous sommes au dessus de leur violence.